Une définition du dessert au XVIIIe siècle

Publié le par Interdisciplin'art

 

"Dessert : Dernier service de table qui se fait après ceux de cuisine, c’est à ceux des grands repas où l’on voit la dextérité & le bon goût d’un Officier par des représentations de Palais, des figures en sucre, des parterres de jardins marqués par des compartiments de chevilles, des sables de sucre ou de jais de toutes les couleurs, que l’on accompagne de vases, de pots de fleurs, de guirlandes, d’arbres artificiels & de jets d’eaux de différentes liqueurs."

 

 

Le manuel des Officiers de bouche ou Le précis de tous les apprêts que l’on peut faire des aliments pour servir toutes les Tables depuis celles des grands Seigneurs jusqu’à celle des Bourgeois, suivant l’ordre des Saisons & des Services. Ouvrage très-utile aux Maîtres pour ordonner des Repas, & aux Artistes pour les exécuter, chez Le Clerc, Pris, 1759.

 



 

Publié dans textes anciens

Commenter cet article

Naguère 14/07/2012 17:39


Belle définition poétique ! Plus simplement, il s'agit de "desservir". Il semblerait que les "desserts" ne fassent pas partie intégrante du repas. C'est le truc en + !


A bientôt !

Interdisciplin'art 15/07/2012 19:09



En effet, le dessert ne faisait pas partie intégrante du repas comme c'est le cas de nos jours. Lorsque l'on regarde les menus proposés dans les livres de cuisine (menus théoriques) ou les menus
de Choisy (où l'on apprend ce que le roi Louis XV a mangé lors de ses voyages au château de Choisy), le dessert n'est jamais mentionné, pas plus que le vin d'ailleurs !


A bientôt !