Régis Bertrand, Santibellis. Figurines de Provence

Publié le par Interdisciplin'art

Régis Bertrand, Santibellis. Figurines de Provence

 

Régis BERTRAND, Santibellis. Figurines de Provence, Aubanel, 2006.

 

 

Régis Bertrand, professeur émérite à l'université de Provence, est spécialiste des santons. Il a consacré sa thèse à  ce sujet (Crèches et santons de Provence) d'ailleurs publiée en 1992.

 

En 2006, il publie un ouvrage intitulé Santibellis. Les santibellis sont des figurines de petites dimensions réalisées en terre cuite peintes et décorées avec du papier et du tissu. Le nom vient des marchands italiens qui, lorsqu'ils les vendaient dans la rue, criaient "Santi belli ! Santi belli !" ce qui veut dire "saints beaux ". A Marseille ils étaient  d'ailleurs déjà vendus dans les dernières années de l'Ancien Régime. La production de ces santibellis s'est arrêtée à la fin du fin XIXe siècle en raison de la concurrence de la statuaire en plâtre. Ces santibellis constituent la reproduction en taille réduite des effigies que l'on trouvait dans les églises.

 

Possédant la même étymologie que le santon (saint), ils étaient représentés par les mêmes "figuristes". Santons et santibelli ont d'ailleurs longtemps été vendus ensemble à la foire de Noël à Marseille (cours Belsunce) et les termes étaient presque synonymes jusqu'en 1870.

 

Régis Bertrand consacre un chapitre de son livre à détailler la technique de fabrication de ces santibellis à partir de moules et y explique que les carnations sont toujours peintes tandis que vêtements et socles sont  recouverts de dorures ou peints de couleurs diverses. Il met également en avant des problèmes de datation en faisant néanmoins ressortir schématiquement deux générations de santibelli. La première génération présente des formes douces, sans détails superflus, des teintes vives, la recherche du mouvement, la présence d'une large dorure. Ces pièces uniques ou très petites séries sont les plus anciennes. Plus récentes sont les pièces faisant l'objet d'une diffusion plus massive. Les mains et les traits du visage sont très fins, les couleurs douces et les poses plus figées.

 

Ce sont la plupart du temps des personnages religieux : le Christ (enfant Jésus, Christ en croix, Pietà), la Vierge (Vierge à l'enfant, Vierge de Miséricorde, Vierge de l'Assomption), les saints et les saintes (Joseph, Jean-Baptiste enfant, Anne, Antoine, Madeleine...). Cependant, on trouve également des sujets profanes avec les hommes illustres (Napoléon, Voltaire, Rousseau), des mises en scène du peuple provençal d'une façon proche de celle des santons et des sujets exotiques.

 

Sujets de piété et d'ornement les santibelllis incarnent une réinterprétation à échelle réduite de la statuaire réservée principalement à un usage domestique.

 

 

Commenter cet article