Iconographie et iconologie selon Erwin Panofsky

Publié le par Interdisciplin'art

 

L'iconographie est une discipline à part entière en histoire de l'art. Elle est également ancienne car elle remonte au XVIe siècle avec l'ouvrage de Cesare Ripa, Iconologia ovvero descrizione dell'Imagini universali cavate dell'antichità e da altri luoghi (1593). Cependant, ce n'est qu'au début du XXe siècle que les termes d'iconographie et d'iconologie prennent leur sens actuel, celui d'une discipline des sciences humaines (Warburg and Courtauld Institutes). C'est Erwin Panofsky (1892-1968) qui va théoriser la méthode d'Aby Warburg (1866-1929). Cette méthode est depuis lors la plus usitée pour l'interprétation iconographique et, bien qu'ancienne et souvent controversée, elle constitue la manière la plus claire d'interpréter une oeuvre.

 

Dans l'introduction de ses Essais d'iconologie, Panofsky présente cette méthode résumée ici en quelques paragraphes. Panofsky définit l'iconographie comme étant  "cette branche de l'histoire de l'art qui se rapporte au sujet ou à la signification des oeuvres d'art par rapport à leur formes". Il explique que le processus d'interprétation comprend trois niveaux.

 

Avant d'appliquer sa méthode à des oeuvres d'art, il prend un exemple de la vie quotidienne (c'est-à-dire plus exactement de sa vie quotidienne à savoir le début du XXe siècle).

 

Lors d'une rencontre avec quelqu'un de sa connaissance, cette personne soulève son chapeau pour le saluer. L'identification de ce geste est liée à une première sphère de signification qui consiste à identifier certaines formes et certains objets selon sa propre expérience. C'est une "signification primaire ou naturelle".

 

Le geste de la personne rencontrée prend une autre dimension, c'est-à-dire un deuxième niveau de signification, lorsque l'on réalise qu'il est une manière de saluer. Cette façon de saluer est propre au monde occidental et ne supporterait pas la même signification dans un autre lieu et à une autre époque. Pour comprendre ce geste, il est nécessaire de comprendre les objets et les événements du premier niveau mais surtout d'être familiarisé par les pratiques de ces objets et de ces événements. Ce niveau d'analyse a pour nom "signification secondaire ou conventionnelle".

 

Enfin, un dernier niveau d'analyse, la "signification intrinsèque ou contenu", permet de révéler une "personnalité" (arrière fond national, social et culturel). Ce niveau d'analyse sert à interpréter ce qu'il y a derrière.

 

Adaptée à une oeuvre d'art, cette méthode applique également ces trois niveaux.

 

Le premier a pour nom "description pré-iconographique" qui peut être réalisé en identifiant les événements, les objets et les formes (style). Une description de ces éléments constitue cette description pré-iconographique. Le deuxième niveau correspond à l'analyse iconographique. C'est là qu'on étudie le sujet de l'oeuvre. Pour cela, il est nécessaire de mettre en relation les compositions et des concepts. Ici, il faut connaître les sources littéraires et être familiarisé avec elles. Enfin, le troisième niveau correspond à une analyse iconologique, c'est-à-dire la signification interne de l'oeuvre (remise dans le contexte, etc.).

 

Ces trois sphères d'analyse permettent une analyse approfondie du tableau. Bien qu'elles semblent être indépendantes les unes des autres, elles sont en fait liées et ne peuvent exister l'une sans l'autre. Elles sont nécessaires à la réussite d'une analyse d'oeuvre car elles permettent de l'étudier dans sa totalité. Les trois niveaux d'analyse sont complémentaires et ont une importance... chacun à leur niveau.

 

 

Petit conseil : Lorsque l'on analyse une oeuvre, il faut savoir la décrire. Et cela est plus complexe que cela pourrait paraître au premier abord. Ainsi, lorsque vous décrivez le tableau que vous avez sous les yeux, faites-le toujours comme si vous le décriviez à une personne qui, elle, ne l'a pas. A la fin de votre description, une personne qui n'a jamais vu l'oeuvre doit être capable de se la représenter mentalement. C'est la première étape d'une bonne analyse.

 

 

 

Tableau Panofsky

Illustration issue de l'ouvrage de Panosky : tableau synthétique (introduction)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article